Apprendre à (dé)coder

Vous sirotez un soda à l’ombre d’un palmier et vous songez vaguement à apprendre une nouvelle langue à la rentrée.

Bien que les accents chantants de l’italien vous aient toujours ravis, vous vous décidez finalement pour le C++.

Beaucoup plus d’interlocuteurs dans un nombre incalculable de pays le parlent couramment.

Une idée de génie !

Un python a été découvert dans les égouts parisiens dévorant des cookies avant de se faire désassembler par un Apache

En effet, si on en croit la légende urbaine qui circule dans les milieux autorisés, le monde se divise en deux catégories.

Ceux qui savent coder et … les autres.

Des initiations à la programmation sont proposées dès le plus jeune âge (https://jecode.org/) aux Petits Poucets et autres Digital Natives. Leurs parents et grands-parents s’inscrivent avec eux à la semaine européenne d’apprentissage du code (10-18 octobre 2015). Les professionnels de l’info-doc sont invités chaleureusement à taquiner leurs claviers (Coding for Librarians: Learning by Example). Et Obama s’exprime désormais en Javascript dans le texte.

Toutes ces initiatives sont heureuses mais au lieu de chercher à tout prix à coder ne serait-il pas plus utile d’apprendre à décoder ?

Expérimenter le numérique de manière plus fluide

Apprendre à décoder une culture du numérique qui envahit notre quotidien (en appréhendant le vocabulaire informatique, des notions de design, les fondamentaux de la programmation…) afin de mieux comprendre ses mécanismes et prendre des décisions de manière éclairée et autonome.

Ainsi, le site Dontcode.org nous invite à arrêter nos lubies et plutôt que d’astreindre tout le monde à écrire du code au kilomètre, à apprendre à parler avec les informaticiens.

Et finalement si les plus motivés iront à bout de leur bonne résolution estivale, les autres se “contenteront” peut-être de chercher à décrypter notre monde.

Mais peut-être vous manquez de ressources pour vous décidez, suivez donc ci-dessous les pépites d’informations semées par la Petite Poucette et sa Mère-Grand.

Les commentaires sont fermés